Des savoir-faire professionnels reconnus en entreprise adaptée

Lundi 22 janvier 2018, Jean-Pierre Havard, président, les membres du conseil d’administration, la direction générale de l’APEI de Saint-Amand-Montrond, les directeurs de pôle de l’association, Sylvie Azot, pilote régional RSFP(*) à l’Afpa et les membres du jury se sont réunis à l’entreprise adaptée L’Artisanerie pour le remise des portefeuilles de compétences professionnelles.

Pour cette seconde session organisée par l’APEI de Saint-Amand-Montrond, ce sont quatre candidats salariés des entreprises adaptées qui ont présenté leurs savoir-faire professionnels lors d’une journée d’observation par le jury composé d’Olivier Boubat, chef d’entreprise à Saint-Amand-Montrond et Daniel Amant, moniteur référent au GEDHIF de Bourges.

Les quatre candidats, très investis dans leur travail et heureux d’obtenir une certification dans le cadre de leur métier d’opérateur de production ont validé avec brio leurs compétences professionnelles.

RSFP

A l’entreprise adaptée L’Artisanerie, ce sont Thierry Bourbon et Robert Leboucher qui ont validé deux portefeuilles de compétences, opérateur de production et agent de conditionnement.
A l’entreprise adaptée Le Verdier, ce sont Isabelle Gartioux et Didier Grandin qui ont validé un portefeuille de compétences en tant qu’opérateur de production.

A l’issue de la cérémonie, les participants ont partagé le verre de l’amitié avec leurs collègues et tous les invités présents.

(*) RSFP : Reconnaissance des Savoir-Faire Professionnels

Stéphanie Payssan, journaliste, en parle dans l’Echo du Berry du 25 janvier 2018 :

Quatre travailleurs de l’APEI aux savoir-faire reconnus

Thierry Bourbon, Robert Leboucher, Isabelle Gartioux et Didier Grandin ont passé leur Reconnaissance des savoir-faire professionnels et ont obtenu un portefeuille de compétences.

Depuis l’an dernier, l’Association de parents d’enfants inadaptés (APEI) propose à ses travailleurs en situation de handicap de passer leur Reconnaissance des savoir-faire professionnels (RSFP) afin d’obtenir un portefeuille de compétences reconnu par le ministère du Travail. « Nous avons été les premiers de la région Centre-Val de Loire à organiser des RSFP pour les travailleurs en situation de handicap, indique Hervé Remangeon, moniteur référent qui organise ses validations au sein de l’APEI. Tout se passe sur le volontariat. »

RSFP3

Les portefeuilles de compétences ont été remis aux employés lors d’une cérémonie officielle organisée à L’Artisanerie

Opérateurs de production et de conditionnement
Thierry Bourbon et Robert Leboucher qui officient à l’entreprise adaptée L’Artisanerie, notamment dans la coupe d’éponges, ont été évalués sur leurs compétences en tant qu’opérateurs de conditionnement par un jury composé d’un professionnel (l’entrepreneur saint-amandois Olivier Boubat) et d’une personne d’une autre structure adaptée extérieure à l’APEI qui ont également jaugé en tant qu’opérateurs de production, Isabelle Gartioux et Didier Grandin, respectivement tampographe et sérigraphe à l’entreprise adaptée Le Verdier. « Ces employés pratiquent leur métier depuis des années mais pour le RSFP ils ont été jugés par rapport à un référentiel métier », explique Hervé Remangeon.
Le jury a jugé le process, c’est-à-dire la méthodologie, les règles de sécurité dans la réalisation des gestes professionnels. Les évaluations ont été couronnées de succès pour les quatre travailleurs. « Cela m’a permis de me remettre en valeur, explique Robert Leboucher qui travaille à L’Artisanerie depuis 1988. Nous sommes dans des ateliers protégés mais nous avons un savoir-faire. Cet examen m’a redonné confiance en moi. » Thierry Bourbon a voulu passer la RSFP pour obtenir une reconnaissance de ses compétences : « J’aime mon métier. Nous découpons des éponges mais également des tapis de coco, ce qui est spécifique. Passer cet examen m’a aussi permis de voir où j’en étais professionnellement car je travaille ici depuis 1985. » Isabelle Gartioux, employée depuis 1996, œuvre au Verdier et a souhaité passer sa RSFP « pour savoir si je faisais bien mon métier de tampographe. Je suis heureuse car j’ai réussi et j’ai passé l’épreuve sans paniquer. J’ai obtenu un portefeuille de compétences qui est reconnu. » De son côté, Didier Grandin, travailleur depuis 2014 au Verdier, exprime sa « grande satisfaction. J’adore mon métier de sérigraphe. » Les portefeuilles de compétences leur ont été remis lors d’une petite cérémonie officielle.