L’APEI fête ses 40 ans…

JP Havard

Jean-Pierre Havard

Il était une fois… c’est ainsi que débutent toutes les belles histoires et c’est ainsi qu’a débuté le discours de Jean-Pierre Havard.
Propos illustrés par un diaporama relatant de façon exhaustive et au combien émouvante les 40 années de développement de l’APEI de Saint-Amand-Montrond.

Difficile de résumer 40 ans de vie de cette belle association  en quelques mots.
Une vie riche de l’intégration dans la société de personnes en situation de handicap, rendue possible par la volonté, en 1969, d’un groupe de parents. Ils souhaitaient trouver une solution pour leurs enfants qui devaient, à l’époque, se rendre à Bourges tous les jours pour travailler.

Les parents imaginent alors la création d’un C.A.T à Saint-Amand-Montrond. Ils rencontrent le vice-président de l’UNAPEI de passage à Bourges et sont admis au sein de l’ADAPEI 18 dans un comité de gestion en vue de la création de l’ESAT de Saint-Amand-Montrond.
La publication au journal officiel, actant la création de l’APEI de Saint-Amand-Montrond, se fera le 8 mai 1978 et René Mogeot sera le 1er président. 
En 1980 et jusqu’à son décès en 2002, Bernard Fagot lui succède avec Pierre Gourier comme vice-président.
C’est ainsi que Jean-Pierre Havard sera élu pour porter les valeurs de l’association et prolonger l’oeuvre de ses prédécesseurs.

Comment laisser une trace du combat mené à l’époque par ces parents fondateurs et transmettre cette histoire ? En créant une bande dessinée qui raconte de façon ludique, en quelques dates clés, la création et l’évolution de l’association dans ces 40 dernières années.

Intitulée « Il était une fois l’Apei… », scénarisée par Christian Denis, Patrick Soldati et Hélène Mercier, mise en images par Catherine Durand et imprimée par l’imprimerie Clerc, cette bande dessinée a été offerte à l’ensemble du personnel, aux parents et amis de l’association mais également à nos partenaires à l’occasion de ce 40e anniversaire.

Cliquez sur la couverture pour lire la bande dessinée
Couverture BD

Rendez-vous maintenant en 2028 pour le cinquantenaire de l’APEI de Saint-Amand-Montrond, où, nous n’en doutons pas, d’autres pages seront à écrire…

pdfLire le discours de Jean-Pierre Havard, président de l’association, à l’occasion des 40 ans de l’APEI

 

Marlène Lestang, journaliste, en parle dans le Berry Républicain du 18 juin 2018 :

L’APEI offre des bulles pour ses 40 ans

C. Durand

Catherine Durand, graphiste

L’association de parents d’enfants inadaptés (APEI) de Saint-Amand raconte ses quarante ans d’engagement en BD.

Il était une fois… « Toutes les belles histoires commencent comme ça », a fait observer Jean-Pierre Havard, vendredi, au moment de fêter les quarante ans de l’Association de parents d’enfants inadaptés (APEI) de Saint-Amand, qu’il préside depuis 2002. C’est cette même phrase qui a inspiré le titre de la bande dessinée publiée à l’occasion de cet anniversaire.
Il était une fois l’APEI met en scène la jeune Nina, témoin dès 1969 de la volonté d’un groupe de parents de trouver près de chez eux, à Saint-Amand, des solutions d’accueil pour leurs enfants handicapés mentaux.
Planche après planche, Nina raconte la construction du CAT (Centre d’aide par le travail, devenu Esat, pour Établissement et services d’aide par le travail) en 1976 ; son ouverture six ans plus tard ; la création officielle de l’association en 1978, etc.

À travers le regard de Nina
Elle fait aussi le portrait de tous ceux qui ont œuvré, jusqu’à cette année, à faire de l’APEI une association reconnue pour son engagement sans faille dans l’insertion des personnes en situation de handicap dans la société : par le travail, en leur créant des emplois, et par les solutions d’hébergement, d’accompagnement et d’ouverture qui leur sont proposées tout au long de leur vie.
« C’est un temps fort dans la vie d’une association, souligne Christian Denis, qui partage depuis 1991 la direction générale de l’APEI avec le docteur Patrick Soldati. On a eu l’idée de mettre cette histoire en mots et en images et d’en faire une BD, pour laisser une trace à la fois ludique et accessible à tous. »
L’association a embarqué Catherine Durand, graphiste saint-amandoise, dans son projet d’édition. « Elle avait déjà fait des visuels pour des portes ouvertes et diverses manifestations de l’APEI, rappelle Christian Denis. Le dialogue est facile avec elle. »

« On transmet »
Catherine Durand a travaillé presque six mois sur la création des dessins, d’après l’histoire scénarisée par l’APEI. « J’ai défini le nombre de planches, imaginé le personnage de Nina, fait le portrait des gens importants dans la vie de l’association, etc. Ayant des parents d’amis qui avaient un enfant handicapé et qui ont voulu très fort l’APEI, j’étais déjà sensibilisée au sujet. Et je trouve que le format BD se prête bien à raconter cette histoire. Les dessins, plus que des photos, amènent de l’humour. »

3.000 exemplaires sont déjà sortis de l’imprimerie Clerc. Et 10.000 à 15.000 autres devraient être tirés, dont certains en version prestige. « Ils seront offerts aux salariés, à nos partenaires et à nos clients, annonce Christian Denis. On transmet cette histoire, on espère que pour un livre offert, elle sera lue par plusieurs personnes. Et que dans trois, cinq, dix ans, on aura de nouvelles pages à rajouter. »

Les quatre piliers de l’association 2018
L’APEI gère l’ESAT Vernet Industriel, qui accueille cent quatorze usagers, sur trois sites, dans des activités de cartonnage, création et entretien d’espaces verts, sous-traitance industrielle, restauration collective, blanchisserie, entretien de locaux, nettoyage de véhicules ; l’entreprise adaptée L’Artisanerie, qui emploie quatre-vingt quatre personnes en situation de handicap pour fabriquer, assembler et conditionner des articles de lavage, d’hygiène et d’entretien ; l’entreprise adaptée Le Verdier, d’où sortent des articles de papeterie, des fournitures et du petit matériel de bureau et de parapharmacie, fruit du travail de quarante-cinq personnes en situation de handicap ; et les foyers Bernard-Fagot, qui disposent de quatre structures d’hébergement différentes et d’un service d’accompagnement à la vie sociale pour cent quatre résidents.

PROJETS

Trois pavillons d’habitation
L’APEI vient d’acquérir trois terrains dans le nouveau lotissement des Séjots. « Nous allons construire trois pavillons individuels, pour accueillir six personnes en situation de handicap qui ont atteint l’âge de la retraite  et sont autonomes, annonce Christian Denis, le directeur. Ils pourront profiter des services collectifs des foyers Bernard-Fagot, situés juste en face. » Les travaux, estimés à une année, devraient débuter fin 2018.

Boutique en centre-ville
L’APEI prépare l’ouverture de sa boutique, rue Jean-Valette, en centre-ville de Saint-Amand, pour la fin de cette année ou le début de la suivante. En plus de renforcer l’activité blanchisserie, l’association y présentera les différents services qu’elle propose : entretien des espaces verts, nettoyage de véhicules, etc. « Une meilleure inclusion des personnes en situation de handicap dans la société », estime Christian Denis, le directeur.