Médaille de bronze au championnat de France de tir à l’arc

L’association Sport et Handicap Saint-Amandois a participé les 1er et 2 avril 2017 au championnat de France de tir à l’arc adapté qui s’est déroulé au CREPS  de Bourges.

Quatre de nos sportifs étaient qualifiés pour ce championnat  :

– Jason ALBARET – Entreprise adaptée Le Verdier
– Alexandre CARLINO – ESAT Vernet Industriel
– Stéphane BAILLARD – ESAT Vernet Industriel
– Stéphane GRENIER – ESAT Vernet Industriel

Equipe

Nos quatre sportifs et leur entraîneur Lucien Buchard

Stephane et Jason

Stéphane Grenier à gauche et Jason Albaret au centre

A l’issue de ces deux jours très intenses, Jason Albaret a réalisé une très belle performance et terminé 3ème, montant ainsi sur le podium.
Àgé de 24 ans, Jason pratique le tir à l’arc depuis deux ans et cette activité sportive est devenue sa passion. Son entraîneur Lucien Buchard est très fier de son protégé : « C’est sa première participation et il s’est vite pris au jeu. Il est sérieux et assidu

Jason

Jason, à droite, a remporté la médaille de bronze

Jason

Sylvain Bézé à gauche et Jason Albaret à droite

Pour organiser au mieux cette compétition, douze bénévoles du clubs des archers de Saint-Amand-Montrond ont participé  à cet événement.

Félicitations aux sportifs et rendez-vous l’année prochaine.

Nadine Maréchal, journaliste, en parle dans le Berry Républicain du 4 avril 2017 :

Deux archers du Cher en bronze

Les archers

MEDAILLES. Jason Albaret (Saint-Amand) et Sylvain Bézé (Bourges 1re), entourés de leur entraîneur respectif Lucien Buchard et Patrick Béguin

Deux archers du Cher, Jason Albaret et Sylvain Bézé, ont glané une médaille de bronze lors du championnat de France de tir à l’arc sport adapté, ce week-end au Creps de Bourges.

Deux archers du Cher en bronze Organisé au Creps du Centre-Val de Loire, par le comité départemental de sport adapté, en collaboration avec le comité du Cher de tir à l’arc et avec le support logistique de la 1 re Compagnie d’arc de Bourges, le championnat de France de tir à l’arc de sport adapté s’est terminé, hier, après deux jours de compétition.
L’accueil berruyer a par ailleurs été apprécié des 268 archers issus de 12 régions (61 clubs) et des 181 accompagnateurs.

Un bilan sportif positif
Des trois catégories (D3, D2 et D1), la D3 était la plus représentée et, en seniors hommes arc classique, le Saint-Amandois Jason Albaret a réalisé une superbe performance en décrochant la médaille de bronze.
A 24 ans, il pratique le tir à l’arc depuis deux ans et c’est devenu sa « passion, j’adore ça ». Son entraîneur Lucien Buchard est tout aussi fier que son protégé. « C’est sa première participation et il s’est vite pris au jeu, soulignait-il. Il est sérieux et assidu. »
Le sociétaire seniors de Bourges 1re Sylvain Bézé est lui aussi monté sur la troisième marche du podium mais dans la catégorie D2. Patrick Béguin, son entraîneur et président, ne tarit pas d’éloges sur ce pratiquant de 20 ans venu au club il y a deux ans après avoir découvert la discipline grâce à ses copains.
« C’est un gagnant qui cherche toujours à progresser, confiait Patrick Béguin. Il a réalisé de belles qualifications et c’était déjà un bon présage. »
En France, le sport adapté connaît une très grosse progression. Le football, la natation et l’athlétisme sont les disciplines les plus prisées. « Nous avons multiplié par deux les licenciés en dix ans, précisait Joël Renault, secrétaire général de la Fédération française de sport adapté. Dès septembre prochain, les classifications vont connaître un grand bouleversement. Plutôt que la performance, ce sera la personnalité du sportif qui sera évaluée. »
Stéphane Lavergne, président départemental du sport adapté, et son équipe ne cachaient pas leur satisfaction : « Ces France nous ont demandé un an et demi de travail et nous avons vécu notre première expérience de co-organisateur avec le comité du Cher de tir à l’arc. Ça a bien fonctionné. »

Départs en retraite dans les entreprises adaptées

Ces derniers mois, plusieurs salariés des entreprises adaptées L’Artisanerie et Le Verdier, ont fait valoir leurs droits à la retraite.

Patrick Dizier, opérateur à l’atelier expéditions à L’Artisanerie, a pris sa retraite fin septembre 2016 après 31 années de présence.

Approvisionneur achats à L’Artisanerie depuis 8 ans, Josette Mallière a fait valoir ses droits à la retraite fin janvier. Bienvenue à Muriel Berthiol qui lui succède.

Josette Mallière

Josette Mallière et ses collègues, accompagnées de son mari et de Jean-Pierre Havard

Après 28 années de présence, Jeanine Michoux, employée en comptabilité au service client de L’Artisanerie, s’est retirée de la vie active mi-mars.

Jeanine Michoux

Jeanine Michoux au centre, entourée de ses collègues de travail

Monique Riotte, employée au service facturation de l’entreprise adaptée Le Verdier, a pris sa retraite fin mars après 8 années de présence. Bienvenue à Aurélie Blondeau qui lui succède.

Monique Riotte

Monique Riotte et sa maman au centre

Après 32 années de présence, Liliane Petit-Gas, responsable du service client SAV à L’Artisanerie, a fait valoir ses droits à la retraite depuis fin mars. Bienvenue à Ophélie Kreko qui lui succède.

Liliane Petit-Gas

Liliane Petit-Gas et ses collègues du service comptabilité

L’émotion fût au rendez-vous lorsqu’il a été retracé pour chacun leur parcours professionnel rythmé par des souvenirs et des anecdotes et leur engagement au service de l’association. Tous ont été chaleureusement applaudis avant un traditionnel verre de l’amitié.

Nous leur souhaitons à tous une belle et heureuse retraite.

Des savoir-faire professionnels reconnus en entreprise adaptée

A. Lallier - M. Riotte

E. Riotte, A. Lallier et C. Denis

Le lundi 20 mars 2017, Jean-Pierre Havard, président, les membres du conseil d’administration et la direction générale de l’APEI de Saint-Amand-Montrond, Jacques Roger, directeur de la Direccte du Cher, Sylvie Azot, pilote régional RSFP(*) à l’Afpa, Emmanuel Riotte et Annie Lallier,  conseillers départementaux, Eric Camus, directeur de l’ESAT Vernet Industriel et les membres du jury se sont réunis à l’entreprise adaptée L’Artisanerie pour la remise des portefeuilles de compétences professionnelles à Christelle Léger et Rémi Jacquet.

A cette occasion, le diplôme de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) d’aide-magasinier a été remis à Wenceslas Bernadat.

Diplomes

Rémi et Christelle entourés d’Hervé Remangeon, moniteur, un membre du jury, Sylvie Azot et Jacques Roger

Les diplomés

Les diplômés entourés d’Hervé Remangeon, moniteur, Sylvie Azot et les membres du jury

Diplomes3

Wenceslas, Rémi et Christelle entourés de Christian Denis, Jean-Pierre Havard et Jacques Roger

(*) RSFP : Reconnaissance des Savoir-Faire Professionnels

Plus de photos sur Facebook  facebook ou Google  logo google photos

Guillaume Faucheron, journaliste, en parle dans le Berry Républicain du 10 mars 2017 :

Rémi

Rémi Jacquet a montré au jury son savoir-faire pour fabriquer des balais.

Deux salariés de L’Artisanerie ont passé une épreuve, hier matin, qui met en avant leur savoir-faire

Deux travailleurs en situation de handicap de L’Artisanerie ont passé, hier, une épreuve qui valorise leur savoir-faire professionnel. C’est la première fois pour une entreprise adaptée de la Région.

Rémi se lance dans la fabrication de nombreux balais. Comme tous les jours. Mais, cette fois, un jury l’observe dans sa manière de procéder.
Deux membres de L’Artisanerie, entreprise qui encadre des travailleurs en situation de handicap, ont passé – et réussi – hier matin la démarche de reconnaissance des savoir-faire professionnels (RSFP).
Ce dispositif de l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) était organisé pour la première fois en Région Centre- Val de Loire dans une entreprise adaptée (*). Le dispositif a déjà été réalisé pour une vingtaine de personnes dans le Cher, mais pour d’autres structures d’insertion.

Une explication des étapes de fabrication
Rémi Jacquet a passé l’épreuve pour la fabrication de balais et Christelle Léger l’a précédé dans la confection des sacs poubelle. La reconnaissance des savoir-faire professionnels (RSFP) permet aux personnes n’ayant pas les prérequis pour accéder aux systèmes traditionnels de validation. Elle est financée par la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) : « C’est une reconnaissance de leur savoir-faire et une valorisation de leur travail », explique Sylvie Azot, pilote régional à l’Afpa.
Les titulaires de la RSFP pourront s’appuyer sur ce titre auprès d’un employeur extérieur s’ils souhaitent postuler à un emploi.
Rémi a montré hier, durant environ une heure, la manière dont il procède pour créer des balais. Il a détaillé aux deux membres du jury l’ensemble des étapes du processus : fabrication, contrôle, brossage, conditionnement ou encore palettisation. Le jury était composé de deux personnes, un professionnel en exercice et le réfèrent du dispositif RSFP.
Le salarié s’est montré à l’aise durant cette épreuve : « Il effectue ce travail depuis cinq ans, explique Hervé Remangeon, moniteur de la section brosserie. Il maîtrise la machine de A à Z. Il est très autonome. » Rémi Jacquet n’a pas regretté de s’être lancé dans cette aventure : « Mon moniteur m’a proposé de passer. Je me suis dit qu’il fallait essayer. »
Hervé Remangeon a souligné également l’autonomie de Christelle Léger dans les travaux qu’elle accomplit au quotidien. Le test était également une expérience intéressante pour elle : « Ça s’est pas mal passé. Même si j’étais un peu stressée ! »
La RSFP n’a pas la même valeur qu’une validation des acquis de l’expérience car elle ne comprend pas de partie théorique lors des épreuves. Mais même si les candidats n’ont pas eu à expliquer stylo à la main l’ensemble de leur processus, ils ont su détailler à l’oral l’ensemble de leurs étapes.
Les lauréats auront désormais les honneurs d’une cérémonie officielle qui se tiendra à L’Artisanerie le 20 mars.

(*) Une entreprise adaptée est une entreprise à part entière employant au moins 80 personnes en situation de handicap concourant directement à la production et qui peuvent exercer une activité professionnelle dans des conditions adaptées à leurs possibilités.

L’ARTISANERIE
Mission. L’Artisanerie est gérée par l’Association de Parents d’Enfants Inadaptés de Saint-Amand. Elle permet une insertion et une promotion professionnelles et peut servir de tremplin vers des emplois en entreprises de milieu ordinaire.
Activités. L’Artisanerie est spécialisée dans la fabrication, l’assemblage et le conditionnement de produits de nettoyage, d’hygiène et d’entretien.
Adresse du site. L’Artisanerie est située au 74, Avenue du Général de Gaulle, à Saint-Amand.

Le Berry Républicain du 21 mars 2017 :

Trois travailleurs de l’APEI ont reçu leur diplôme hier après-midi

Les diplômésDes salariés mis à l’honneur.
Trois travailleurs issus d’établissements gérés par l’Association de Parents d’Enfants Inadaptés ont reçu officiellement leurs diplômes lors d’une cérémonie, hier en fin d’après-midi. Christelle Léger et Rémi Jacquet, deux salariés de L’Artisanerie, ont obtenu la reconnaissance des savoir-faire professionnels (RSFP) le 9 mars. Ce sont les deux premières personnes dans la région, membres d’une entreprise adaptée à obtenir le RSFP, dispositif de l’Afpa qui bénéficie d’un financement de la Direccte. Wenceslas Bernadat, qui travaille à l’ESAT Vernet Industriel, a reçu sa validation des acquis de l’expérience d’aide-magasinier passée en janvier.

Tembo dans le journal « Vivre ensemble »

« Vivre ensemble », journal de liaison de l’Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants Inadaptés (Unapei), tiré à 65 000 exemplaires, propose à ces lecteurs des informations variées relatives au handicap mental. Dans son numéro de Mars-Avril 2017, Christine Closset, monitrice-éducatrice à l’ESAT Vernet Industriel, a été interviewée pour qu’elle présente le livre « Tembo à la découverte de la vie« .

Tembo est un livre réalisé par les usagers de la section occupationnelle adaptée de l’ESAT Vernet Industriel et les enfants de l’IME de Saint-Amand-Montrond qui a pour objet de sensibiliser le grand public sur la menace de disparition des éléphants en Afrique.

Vivre ensemble

Départ en retraite de Bernard Barbier

Depart en retraite B. BarbierLe 21 février 2017, le président du conseil d’administration de l’APEI de Saint-Amand-Montrond Jean-Pierre Havard, les membres du conseil d’administration, la direction générale et l’ensemble du personnel de l’entreprise adaptée Le Verdier se sont réunis autour de Bernard Barbier, pour célébrer son départ à la retraite après 22 ans de présence au sein de notre association.

Émotion, joie, reconnaissance et partage sont les sentiments qui nous ont réunis lors de cette cérémonie.

B. BarbierBernard Barbier, responsable production de l’entreprise adaptée Le Verdier, a fait valoir ses droits à la retraite depuis le 31 janvier 2017. Son parcours dans l’entreprise adaptée Le Verdier qu’il a intégré en juillet 1995 est exemplaire.
Alors que l’atelier n’était qu’une simple dalle en béton et que tout était à imaginer et à créer, Bernard Barbier laisse l’empreinte d’un grand professionnel par l’ampleur de la tâche qu’il a réalisée, sa rigueur, sa qualité d’écoute de  la personne en situation de handicap et par son engagement dans les missions qui lui étaient confiées.

Depart en retraite B. Barbier

Lors de cette cérémonie et afin d’honorer Bernard Barbier, plus particulièrement pour le service rendu aux personnes en situation de handicap et à leurs familles, Jean-Pierre Havard lui a remis la médaille d’honneur de l’Unapei (Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants Inadaptés).

Medaille UNAPEI Medaille UNAPEI

Cette médaille, créée il y a une vingtaine d’années par l’Unapei, est la troisième remise au sein de l’APEI de Saint-Amand-Montrond.

Nous souhaitons à Bernard, une retraite active, pleine de richesses, ouverte à sa famille et aux autres. 

pdf Allocution de Jean-Pierre Havard lors du départ à la retraite
pdf Texte de remerciement de Bernard Barbier