Départs à la retraite

C’est le lundi 25 mars 2013 que se sont réunis les salariés de l’entreprise adaptée L’Artisanerie en présence des membres du conseil d’administration pour fêter comme il se doit, les départs en retraite de madame Malika Cheurfi, madame Nicole Pasquine et de monsieur Christian Meunier.

Nicole et Jean-Pierre Havard, président de l’APEI de Saint-Amand-Montrond

Nicole, qui travaillait dans le milieu ordinaire comme ouvrière de confection à Châteauneuf-sur-Cher, a été embauchée à l’entreprise adaptée L’Artisanerie le 1er juillet 1981. Elle a commencé à l’atelier couture dans lequel elle posait des galons et réalisait des tabliers. Nicole a également travaillé au conditionnement. Ses collègues réunis l’ont longuement applaudi et lui ont souhaité une joyeuse retraite.

Christian Meunier entouré de Jean-Pierre Havard et de sa mère nourricière

Quand à Christian, il a été embauché à l’entreprise adaptée L’Artisanerie, le 11 septembre 1984, en qualité de conditionneur avant d’être affecté à la section de fabrication et de conditionnement des produits liquides où il conduisait certaines machines comme une visseuse de bouchons ou une colleuse d’étiquettes. Ces dernières années, ses problèmes de santé l’ont amené à changer de poste de travail et à bénéficier d’un temps partiel. Après 29 années à L’Artisanerie, Christian va pouvoir, comme il le dit « profiter de cette nouvelle vie pour jardiner et rendre des services à droite et à gauche ».

Malika Cheurfi

Puis ce fût également l’occasion d’honorer, pour son départ en retraite, madame Malika Cheurfi, entrée au siège social de l’APEI de Saint-Amand-Montrond en janvier 1993, en qualité de secrétaire pour un remplacement de 6 mois. Ses qualités professionnelles ont été appréciées et c’est en avril 1994, au moment d’une réorganisation du service production, que Malika a intégrée L’Artisanerie où elle a été l’élément charnière entre les services pour faire vivre et évoluer la gamme de produits de l’entreprise adaptée. Appréciée de tous pour sa rigueur, sa grande disponibilité et son engagement auprès des personnes en situation de handicap, Malika fait valoir ses droits à une retraite bien méritée où elle pourra pratiquer son sport préféré et sa passion : l’équitation en qualité de cavalière émérite.

Les futurs retraités entourés du président et des directeurs généraux

Un ballet en papiers de soie…

Les 18 et 19 mai 2013, le Centre culturel de rencontre de l’abbaye de Noirlac organise, en partenariat avec la direction des services départementaux de l’Education nationale, les Futurs de l’écrit. Cette manifestation d’envergure réunit plus de 500 artistes amateurs, jeunes et anciens encadrés par des artistes professionnels du Cher et d’ailleurs pour participer à des ateliers et des spectacles mêlant chansons, danses, jeux de clowns, chant choral, arts visuels, théâtre, littérature, photographie, arts plastiques, lumières et architecture.
C’est ainsi que vingt résidants des foyers Bernard-Fagot participent à une pièce chorégraphique – Quelques instants – imaginée par Jean-Christophe Bléton de la Compagnie des Orpailleurs. Cette création chorégraphique, conçue spécialement pour l’extérieur et basée sur les Quatres Saisons de Vivaldi est une métaphore du temps qui passe avec un travail sur l’espace, la géométrie et l’utilisation de papiers de soie.
A raison d’une rencontre par mois depuis le mois d’octobre 2012, les personnes en situation de handicap des foyers Bernard-Fagot répètent leur chorégraphie dansée afin d’être prêts pour ce rendez-vous culturel des 18 et 19 mai à l’abbaye de Noirlac.

Anne-Lyse Dupays, journaliste, en parle dans L’Echo du Berry du 21 au 27 mars 2013 :

Quelques instants, un ballet en papiers de soie à l’APEI

Vingt adultes de l’Etablissement ou service d’aide par le travail (Esat) et du foyer de vie Bernard-Fagot préparent un spectacle avec le chorégraphe Jean-Christophe Bleton.

Six séances de travail se sont déroulées à l’APEI

C’est un très doux ballet qui a vu flotter de larges papiers de soie blancs le 15 mars dans les locaux de l’Association de parents d’enfants inadaptés (APEI). Anne, Valérie, Martine, Sylvie, Huguette, Sonia, Sabrina, Elodie, Aurore, Stéphane, Olivier, Elvis, Pascal, Cyrille, Dominique, Philippe, Serge, Arnaud et Jérémy s’appliquent à respecter la mise en scène et les mouvements indiqués par le chorégraphe parisien Jean-Christophe Bleton de la compagnie Les Orpailleurs.

Une chorégraphie dansée les 18 et 19 mai à Noirlac
Dans le cadre des Futurs de l’écrit, cinq résidants du foyer de vie Bernard-Fagot et quinze travailleurs de l’Etablissement ou service d’aide par le travail (Esat) ont rencontré le chorégraphe pour la sixième fois, avant les dernières répétitions à l’abbaye de Noirlac, à Bruère-Allichamps. Ce chantier artistique, Quelques instants, est une pièce chorégraphique autour des Quatre Saisons de Vivaldi, qui implique également des collégiens de Jean-Valette et des duos parents/enfants.
« A chaque fois c’est une aventure nouvelle, se réjouit le chorégraphe. Nous avons choisi d’utiliser les feuilles de soie en écho à l’activité des moines qui fabriquaient du papier. Ces feuilles permettent à chacun de dépasser ses peurs. » Dans la salle, les adultes qui participent au projet, âgés de 20 à 55 ans, ont tous le sourire aux lèvres. Souci de la synchronisation des mouvements et, de l’esthétique du tableau final, tous les participants respectent à la lettre les conseils de Jean-Christophe Bleton.
Si la restitution finale sera rendue à Noirlac les 18 et 19 mai, c’est déjà un beau chantier artistique qui s’écrit : « Les participants ont fait des progrès considérables en quelques séances, en termes d’investissement, de positionnement dans l’espace, et d’écoute de l’autre », félicitent déjà les aides médico-psychologiques (AMP), Laurence, Sylvie et Marie-Ange. Le prochain chapitre des ces Quelques instants se dessinera à Noirlac.

Tafanel : un partenaire de 30 ans

Depuis 1932, 3 générations de cette entreprise familiale ont contribué à son développement ; c’est aujourd’hui le premier entrepôt indépendant de France avec plus de 400 collaborateurs, 45 000 m² couverts pour servir plus de 6000 clients sur l’île de France, ce qui en fait le leader parisien de livraison de boissons !

Depuis 1984, TAFANEL s’engage auprès de l’APEI de Saint-Amand-Montrond par le biais d’achats réguliers de diverses fabrications, d’une part à L’Artisanerie : sacs poubelles, balais paille de riz, savons… et d’autre part, auprès de l’entreprise adaptée Le Verdier : enveloppes, boîtes archives, chemises de classement ainsi que toutes ses impressions de cartes de visite.

Claudette Banide entourée de ses collègues et de Thierry Huberty

Cette relation de travail de bientôt 30 ans qui contribuent bien sûr à l’emploi de personnes en situation de handicap et à la réalisation de nos projets associatifs, sont fondées sur une connaissance et un respect mutuel mais aussi sur une relation de confiance partagée.

Depuis 16 ans, notre délégué Thierry Huberty a le privilège de rencontrer régulièrement madame Claudette Banide, notre interlocutrice. Aussi à l’occasion de ses 80 ans et de ses plus de 60 ans d’ancienneté au sein de TAFANEL, l’APEI de Saint-Amand-Montrond a souhaité s’associer à cet évènement très exceptionnel pour témoigner de notre profond respect  et formuler nos félicitations chaleureuses pour cet anniversaire !

Merci madame Banide pour votre soutien et votre engagement auprès des personnes en situation de handicap et encore une fois « Joyeux anniversaire ».